25/04/2016

Le jour où l'on enterra la terre

Le jour où l'on enterra la terre (géorgique pour Tchernobyl)

On dit que là-bas...
J’avais neuf ans, je mangeais du pain blanc
Je mangeais du lait en poudre et des compléments
Pendant que là-bas...
On enterrait la terre, même.

Tchernobyl, c’est la « plante noire », armoise amère, ou le « noir-blanc »
C’était en URSS, c’est en Ukraine
Et la terre la plus touchée par les retombées
C’est la Biélorussie, le Bélarus, la Russie blanche
Voici pour le spectre des couleurs.
La terre, elle, se hante d’un autre spectre
Après la catastrophe, des volontaires, ainsi désignés
Sont venus des quatre coins de l’Union
Pour enterrer la terre contaminée
Ils l’arrachaient avec les vers et les insectes
Les herbes, les fleurs, les baies et les racines
Les pissenlits mangés six pieds sous terre
Ils jetaient tout dans un sépulcre
Une fosse dans la terre pour accueillir la terre.
Et ils arrachaient la croûte ils épluchaient
Pelaient la terre comme un fruit corrompu
Beau pourtant resplendissant mais trompeur
Ils l’enroulaient comme un tapis
Kilomètre après kilomètre.
La terre se dérobait sous leurs pieds et sous les pieds de tous
Laissant nues les maisons, les routes, les granges
On promit des diplômes de héros à ceux qui creuseraient le mieux la terre
Arracher la terre pour la vouer aux cimetières
Un travail de fossoyeur de l’absurde nucléaire
On en est venu à enterrer la terre, même.

Plus personne ne foulera cette terre
Croûte enterrée, irradiée et nucléarisée
Enterrés aussi les grands yeux des tournesols énucléés
Vers lequel se tourner lorsqu’on est face à 1000 soleils ?
Et la terre mange la terre
Fosses farcies par les forçats de l’URSS
Et la terre hante la terre
Ensevelie encore vivante en son sein même
Contaminée mais contenue on espère la faire taire
Pourtant on sent sa présence en surface
Le maléfice de ses radiations ionisantes
Les rayons ne sont plus ceux du soleil ou des roues des tracteurs du paradis agricole en propagande
Ce qui se propage c’est autre chose
Radioactivité et fantôme d’une catastrophe sans repos
Une terre en peine
Comment peut-elle reposer en paix ?
Et tant d’hommes meurent et bien plus tombent malades.

Ils creusaient des tombes dans la terre
                les remplissaient de terre
                               et les recouvraient avec de la terre
C’est le Progrès qu’on a enseveli
Pour des siècles
On ne peut plus toucher terre
Ce n’est plus Jean sans terre ni les paysans
C’est tout un pays sans terre
Elle est tombée la terre c’est la faute à
Sakharov
Mais la terre ne meurt pas
Comment peut-on tuer la terre ?
Il y a des terres promises, des terres neuves, des terra incognita
Celle-ci n’est rien de tout cela
Elle est terre en terre
Чарнобыль en biélorusse
Sous la surface elle régénère et dégénère
Mort-vivant humus tumulus
Чернобыль en russe Чорнобиль en ukrainien
Notre fosse commune notre mal commun.

A quoi l’homme est arrivé quand il en arrive à enterrer la terre ?
Il n’y a rien à faire d’autre que rebrousser chemin
Enterrer la terre c’est l’action délétère.

Texte écrit et lu à l'occasion de l’Unison proposé par le compositeur Dragos Tara, en mémoire de la catastrophe de Tchernobyl le 26 avril 1986. Dans le cadre de l’"Appel à une Insurrection Artistique" lancé par la Compagnie Brut de Béton.


Actualités

Prochaines dates:

9-10 septembre 2017, Festival Place aux Nouvelles, Lauzerte
Espagnes. Lectures et rencontres

15 septembre 2017, Asile 404, Marseille, 20h.
LeManagement. Performance poétique avec Jérémie Conne.

30 septembre 2017, Payot, Neuchâtel, 10h30.
Espagnes. Lecture et rencontre-dédicace. Avec également Bertrand Schmid.

1er octobre 2017, La Reliure, Genève, 20h
Thermal. Pièce électroacoustique, avec le trio Des Cendres.

5 octobre 2017, lokal-int, Biel/Bienne, 20h
Thermal. Pièce électroacoustique, avec le trio Des Cendres.



Dates passées:

7 juin 2017, Le 102, Grenoble, 20h30
Thermal. Pièce électroacoustique, avec le trio Des Cendres.

1-2 mai 2017, La Loge / Radio Campus, Paris, 19h.
Thermal
. Pièce électroacoustique, avec le trio Des Cendres.
Dans le cadre du festival Brouillages.

26 avril 2017, Stand des éditions de La Baconnière, Salon du Livre, Genève, 15h-17h.
Rencontre-signature pour le livre Espagnes.

7 avril 2017, Cinéma Bellevaux, Lausanne, 20h30.
Thermal
. Pièce électroacoustique, avec le trio Des Cendres.

22 mars 2017, Le Petit Salon, Lausanne, 18h.
LeManagement. Performance poétique avec Jérémie Conne. Dans la cadre du Printemps de la Poésie. Avec également: duo OU.P.S., Célia.

15 mars 2017, librairie L'Etage, Yverdon, 18h30.
Corps animal: croiser les voix. Rencontre poétique, avec Eric Duvoisin Et Marie-Luce Ruffieux. Dans le cadre du Printemps de la Poésie.

1er février 2017, librairie du Petit Salon, Lausanne, 18h.
Espagnes. Lecture de récits.

14 janvier 2017, Théâtre le Popul'Air, Paris 20e, 22h30.
Chanson de geste contemporaine et poésie épique carnavalesque. Dans le cadre des soirées paroles et improvisation musicale du Collectif Citrouille.


2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010