16/06/2011

Touristique du pire: Engelberg, la montagne en service





            Engelberg, sa situation privilégiée dans les Alpes de Suisse Centrale, son abbaye bénédictine, ses installations sportives, son cachet Belle Epoque, son nom à faire rêver les angéliques, Engelberg est, paraît-il, à louer. Xnet, une société liechtensteinoise spécialisée dans l'événementiel touristique, propose en effet, pour un peu plus de 42000 euros, de louer le village obwaldien[1]. Comme une chambre d'hôtel, une salle de conférence, une paire de skis ou un costume de Père Noël. Focalisée sur les « événements d'entreprise » (conférences, stages de motivation, présentation de produits et activités de « team building »), cette offre permet à ceux qui en ont les moyens de s'arroger des droits étonnants: par exemple utiliser une place de village pour son usage personnel – ce qui témoigne d'un sens bien particulier de l'espace public de la part de la municipalité obwaldienne. On apprend par ailleurs que le syndic d'Engelberg « remettra symboliquement les clés de la commune » aux clients d'Xnet. Le symbolique a bon dos: lorsque tout est à louer, c'est plutôt l'adverbe symboliquement qui devient purement symbolique. A Engelberg, nul besoin de cheval de Troie ou de trompettes de Jéricho pour conquérir les lieux – d'ailleurs, celles-là sont aussi bradées puisqu'on apprend encore qu'à ce prix, les übertouristes seront accueillis par la fanfare locale. On n'en attendait pas moins, et l'on peut être sûr qu'elle saura le faire des pieds et des mains, avec un petit air répété pour l'occasion, « Come on home » ou « Pas d'ami (comme toi) »[2]. Bienvenue donc, touristes fortunés, lideurs et deciders, expats à modeler et colons à logo ! Les participants recevront d'ailleurs des cadeaux de bienvenue, comme les Espagnols à Tenochtitlan: les bonnes traditions de l'hospitalité ne se perdent pas.
            Mais pour ce prix, on a droit à bien des choses encore, comme « rebaptiser le village et ses rues » ou « changer les panneaux de signalisation ». Oui, en effet, pourquoi s'arrêter en si bon chemin et ne pas pousser le tourisme à son comble: faire sortir le lieu visité de toute réalité?  Engelberg pourrait ainsi devenir Shangri-La, Brocéliande ou Gotham City, ou mieux encore, Ibiza, et l'on verrait advenir une signalétique folle où les sens interdits seraient remplacés par des smileys attendrissants, et les annonces de ronds-points par des boules à facettes de dancefloor. Dans cette mignonne miniature, les rues et les places seraient renommées Boulevard du Corpuscule, Peccadilly Circus ou les Champs-Elimés. On dépasserait alors le virtuel et toute « réalité augmentée » pour qu'enfin la montagne s'approche de la raélité, ce qui lui avait été refusé à Miège...
            Quand, chaque janvier, Davos est de fait privatisé, on assiste à quelques réactions agacées, ou à des formes de résistance, mais à Engelberg, point. D'ailleurs les habitants, qu'en est-il ? Une chose est sûre, « ils restent sur place », apprend-on. Ils seront d'ailleurs pleinement associés, de bon gré ou de simple force, puisque l'événement a lieu dans « un village entier, incluant tous les habitants », mentionne le site Internet de l'agence (« le village entier est à vous »). La boulangerie, notamment, sera « votre centre de conférence personnel ». On n'ose pas imaginer ce qui peut sortir de ce pétrin... On aura en tout cas la « diversité culturelle combinée avec une hospitalité authentique »: catalogue usuel des facticités authentifiées, mais combinée à un degré supérieur, car qu'est-ce que l'hospitalité d'un village qui se loue en entier? On peut tout rebaptiser, frapper sa propre monnaie et l'imposer au village, coloniser la boulangerie ou les places publiques, obtenir les clés de la commune et se faire accueillir en fanfare, bref, « on peut tout imaginer », précise le responsable marketing à l'Office du Tourisme d'Engelberg, tout est négociable si on y met le prix. En parlant de prix, celui de la turlute par la boulangère n'est pas mentionné, mais puisque les habitants font partie de l'offre, on aurait tort de se priver de demander. Engelberg est à louer, loué soit Engelberg.
            A moins que... « un village entier, incluant tous les habitants » ? Xnet assure, forte d'années de collaboration avec des villages, que « votre événement se déroulera de manière lisse » (« will run smoothly »), et sera un succès. Mais si... Si certains habitants d'Engelberg finissaient par être excédés de se voir colonisés par la cadrature ou la coloquinte, s'ils souhaitaient faire rentrer dans leur box ces congressistes en sortie de boîte, s'ils refusaient de se laisser déposséder de leurs nom de rues et de village par des animateurs de produits, d'accueillir des phalanges de collaborateurs team-buildés, de reconnaître la monnaie de singe et les papiers-voleurs de stagiaires remotivés, s'ils refusaient de laisser le syndic donner les clés de la commune à la première masse corporée venue, s'ils le sanctionnaient au prochaines élections ou le jugeaient pour traîtrise, si dans la fanfare émergeaient quelques fausses notes, quelques airs de révolte, si, globalement, les habitants d'Engelberg refusaient de se laisser acheter, de jouer les clones événementiels de la réalité augmentie? Si Engelberg, la montagne de l'ange, accouchait d'un démon, et non de la souris Mickey ?

 (paru dans La Distinction no 138, juin 2011)


[1]    Xnet AG, « Event Marketing Agency ». Renseignements sur www.airbnb.com. Lire aussi l'article de 24heures consacré au sujet: « Engelberg, ce village qui se loue pour 54000 francs », Caroline Zuercher, 09.05.11.
[2]    Stephan Eicher, « Engelberg », c/ Barclay, 1991

13/03/2011

Vernissage mercredi 13 avril

Les Places respectives: vernissage du roman

13 avril, Lausanne, Le Sycomore (rue de l'Ale 31) dès 18h

Editions Castagniééé

Présentation par l'éditeur, lecture par l'auteur, vins et petits fours par ailleurs.

01/02/2011

Aisa Aisan, Mardi 8 février, 19h, Bibliothèque Municipale de Lausanne

Alain Freudiger & water-water présentent :
Aisa aisan. Duel poétique pour 2 voix et batterie


Aisa aisan est un projet vocal et musical fondé sur un extrait du Kalevala, épopée finnoise en 50 chants. Se concentrant sur le troisième chant, constitué par une joute verbale entre le vieux Väinämöinen et le jeune Joukahainen, suite à une collision de leurs traîneaux, Aisa aisan mêlera ainsi percussion et voix sur les modes du répondant, du conflictuel, de l’enchantement ou du dégagement. Jouant sur les diverses traductions, les multiples sonorités, les possibles poétiques, Aisa aisan invite à la reconfiguration du verbe et du rythme.


Alain Freudiger voix
water-water :
Nicolas Carrel voix
Luc Müller batterie, percussion


Bibliothèque Municipale de Lausanne
Mardi 8 février
19 heures
Entrée libre

Actualités

Prochaines dates:

9-10 septembre 2017, Festival Place aux Nouvelles, Lauzerte
Espagnes. Lectures et rencontres

15 septembre 2017, Asile 404, Marseille, 20h.
LeManagement. Performance poétique avec Jérémie Conne.

30 septembre 2017, Payot, Neuchâtel, 10h30.
Espagnes. Lecture et rencontre-dédicace. Avec également Bertrand Schmid.

4 octobre 2017, La Reliure, Genève, 20h
Thermal. Pièce électroacoustique, avec le trio Des Cendres.

5 octobre 2017, lokal-int, Biel/Bienne, 20h
Thermal. Pièce électroacoustique, avec le trio Des Cendres.



Dates passées:

7 juin 2017, Le 102, Grenoble, 20h30
Thermal. Pièce électroacoustique, avec le trio Des Cendres.

1-2 mai 2017, La Loge / Radio Campus, Paris, 19h.
Thermal
. Pièce électroacoustique, avec le trio Des Cendres.
Dans le cadre du festival Brouillages.

26 avril 2017, Stand des éditions de La Baconnière, Salon du Livre, Genève, 15h-17h.
Rencontre-signature pour le livre Espagnes.

7 avril 2017, Cinéma Bellevaux, Lausanne, 20h30.
Thermal
. Pièce électroacoustique, avec le trio Des Cendres.

22 mars 2017, Le Petit Salon, Lausanne, 18h.
LeManagement. Performance poétique avec Jérémie Conne. Dans la cadre du Printemps de la Poésie. Avec également: duo OU.P.S., Célia.

15 mars 2017, librairie L'Etage, Yverdon, 18h30.
Corps animal: croiser les voix. Rencontre poétique, avec Eric Duvoisin Et Marie-Luce Ruffieux. Dans le cadre du Printemps de la Poésie.

1er février 2017, librairie du Petit Salon, Lausanne, 18h.
Espagnes. Lecture de récits.

14 janvier 2017, Théâtre le Popul'Air, Paris 20e, 22h30.
Chanson de geste contemporaine et poésie épique carnavalesque. Dans le cadre des soirées paroles et improvisation musicale du Collectif Citrouille.


2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010